Action 37 - Protection des récifs coralliens et Parc naturel de la Mer de Corail

Protéger 75 % des récifs coralliens dans les outre-mer français d’ici 2021, c’est l’engagement de la France prévu par l’article 113 de la loi pour la reconquête de la biodiversité, de la nature et des paysages de 2016. Le Plan biodiversité réaffirme cette volonté en affichant un objectif de protection étendu à 100 % des récifs coralliens français à l’horizon 2025.

Pilote : ministère de la Transition écologique

La responsabilité de la France est grande envers ces récifs puisqu’ils couvrent, dans les outre-mer français, près de 58 000 km² soit près de 10 % des récifs mondiaux, faisant de la France le 4e pays corallien au monde. À l’échelle de la planète, ce sont quelques 20 % des récifs et des écosystèmes associés qui ont été irrémédiablement détruits au cours des dernières décennies, en raison de pressions d’origines humaines et naturelles. Parmi les 80 % restants, seuls 30 % seraient dans un état satisfaisant.

Consciente de sa responsabilité, la France a créé l’Initiative française pour les récifs coralliens (Ifrecor) il y a près de 20 ans, initiative pilotée par le ministère de la Transition écologique ainsi que par le ministère des Outre-mer. Cette action 37 du Plan biodiversité vise à accélérer et venir en complément des actions de l’Ifrecor pour faire face aux menaces croissantes qui pèsent sur ces écosystèmes.

Descriptif 

Un plan d’actions pour la protection des récifs coralliens va s’attacher à fixer en priorité des objectifs concrets et opérationnels pour encadrer et diminuer les pressions d’origine humaine locales.

Prévu jusqu’en 2025, avec une étape en 2021, il s’organise autour de 6 axes :

  • axe 1 : renforcer le cadre de la protection en mer ;
  • axe 2 : réduire efficacement les pressions venant du bassin versant ;
  • axe 3 : éviter-réduire-compenser en milieu corallien.
  • axe 4 : gérer les crises écologiques touchant les récifs coralliens ;
  • axe 5 : surveiller et mieux connaître pour ajuster l’action publiquecommuniquer et sensibiliser pour renforcer la prise en compte des récifs coralliens par les différents acteurs ;
  • axe 6 : communiquer et sensibiliser pour renforcer la prise en compte des récifs coralliens par les différents acteurs.

La mise en œuvre du Plan d’actions pour la protection des récifs coralliens des outre-mer français est pilotée par le ministère de la Transition écologique et le ministère des Outre-mer, alors que la concertation avec les autres services ministériels est assurée par le Secrétariat général de la mer. Y sont associés l’Office français de la biodiversité (OFB), ainsi que les services en charge de l’environnement dans les territoires ultramarins. Les objectifs du plan ne pourront être tenus que dans le respect des compétences de chaque territoire d’outre-mer.

Découvrir le Plan d’actions pour la protection des récifs coralliens des outre-mer français.

En parallèle, le gouvernement de la Nouvelle-Calédonie a créé le 23 avril 2014, le Parc naturel de la mer de Corail (PNMC) pour préserver l’intégrité écologique du milieu marin. Ce parc est la plus grande aire marine protégée située dans les eaux sous juridiction française et l’une des plus vastes au plan mondial (1,3 million de km2). L’État lui apporte un soutien appuyé, particulièrement au travers de l’Office français de la biodiversité depuis sa création. Appui qui s’est déjà manifesté dans le cadre de l’élaboration de son plan de gestion approuvé en 2018 mais aussi dans l’acquisition de connaissances pour servir la gestion du parc.

Composition et état d'avancement de l’action

Protection des récifs coralliens

Progress status

  • En attente
  • Débutée Active status
  • Bien engagée
  • Terminée

Parc naturel de la Mer de Corail

Progress status

  • En attente
  • Débutée
  • Bien engagée Active status
  • Terminée