Le

48 espèces sauvées de l'extinction depuis 1993

Lynx pardelle (Lynx pardinus) dans le parc naturel de la Sierra de Andújar (Espagne)

Lynx pardelle (Lynx pardinus) dans le parc naturel de la Sierra de Andújar (Espagne)

Crédit : Frank Vassen / cc-by-2.0

Selon une étude de l'université de Newcastle et de l'ONG BirdLife international, publiée en septembre 2020, les mesures prises dans le cadre de la convention sur la diversité biologique auraient permis de sauvegarder environ 48 espèces d’oiseaux et de mammifères à l’échelle mondiale. Explications.

En matière d’extinctions d’espèces, les bonnes nouvelles se font rares. Le dernier rapport du Fonds mondial pour la nature (WWF) annonce qu’entre 1970 et 2016, 68 % des populations sauvages de mammifères, oiseaux, amphibiens, reptiles et poissons ont disparu. En cause : les activités humaines. Pourtant, les efforts mondiaux de protection de la biodiversité peuvent payer.

En 1993, la convention sur la diversité biologique (CDB) des Nations unies entrait en vigueur. Avec un objectif clair : encourager les États à agir pour préserver toutes les formes de vie sur Terre. D’après l’étude de l'université de Newcastle et de l'ONG BirdLife international, le taux d'extinction des oiseaux et des mammifères aurait été trois à quatre fois supérieur sans les efforts de conservation consentis depuis 1993. Parmi les espèces sauvegardées, on peut citer le condor de Californie (Gymnogyps californianus), le cochon pygmée (Porcula salvania) et le lynx pardelle (Lynx pardinus).

Les résultats de l’étude à la loupe

Au terme de leur étude, les scientifiques ont établi une liste de 32 espèces d’oiseaux sauvegardées dans 25 pays (principalement en Nouvelle-Zélande, au Brésil et au Mexique). Sur ces 32 espèces, 5 étaient déjà éteintes à l’état sauvage et 15 courent encore un danger critique d’extinction. Les actions de protection pour ces 32 espèces ont néanmoins permis leur survie ; ces actions ont concerné, pour la plupart, la lutte contre les espèces invasives, la conservation ex situ (conservation hors du milieu naturel) et la protection sur site.

Pour les mammifères, les chercheurs sont arrivés au nombre de 16 espèces sauvées de l’extinction dans 23 pays (principalement en Chine, au Vietnam et aux États-Unis). Sur ces 16 espèces, 2 étaient déjà éteintes à l’état sauvage et 9 sont toujours en danger critique d’extinction. Les actions de sauvegarde de ces 16 espèces ont porté en majorité sur la modification de législation, la réintroduction d’espèces et la conservation ex situ.

Ces résultats rappellent qu’une volonté suffisante des États, assortie de mesures adaptées aux menaces, est la première ligne de défense des espèces en danger, qui restent encore très nombreuses à l’heure actuelle.