Le

Après le confinement, fréquentons respectueusement les espaces naturels

Gravelot à collier interrompu (Charadrius alexandrinus) nichant sur l'estran

Gravelot à collier interrompu (Charadrius alexandrinus) nichant sur l'estran

Crédit : Oscar Chuberre

Après deux mois confinés, nous avons envie de profiter des espaces naturels : se promener en forêt, se ressourcer au bord d’une rivière ou d’un lac, randonner en montagne, profiter du littoral… Des aspirations légitimes appelant une vigilance toute particulière pour les espèces qui se sont approprié les espaces que nous n’occupions plus.

Animaux sauvages à proximité des habitations, plantes se développant sans taille ni tonte, mammifères marins au plus près du littoral, oiseaux installant leurs nids dans des lieux habituellement inaccessibles car fréquentés… Pendant le confinement, la réduction de nos activités a permis à de nombreuses espèces de s’installer et de se déplacer dans des lieux où nous n’avions plus l’habitude de les observer. D’autant plus que le confinement a débuté en mars, au moment où de nombreuses espèces débutent leurs activités printanières, comme les oiseaux revenus nicher sous nos latitudes après leur hivernage africain.

Des appels à la vigilance pour la biodiversité

Les acteurs nationaux, régionaux et locaux œuvrant à la connaissance et à la préservation de la biodiversité se mobilisent pour alerter et appeler à une vigilance collective et individuelle. Tout en respectant les gestes barrières pour limiter la propagation du coronavirus, profitons du déconfinement progressif pour redécouvrir les espaces naturels accessibles, mais faisons-le avec une vigilance encore plus grande qu’en temps normal. Soyons particulièrement attentifs aux espèces sauvages, d’autant plus que c’est la période de reproduction pour une multitude d’entre elles. Voici quelques bonnes pratiques à retenir et à partager pour une meilleure cohabitation :

  • vérifions que l’accès au site est effectivement autorisé ;
  • restons discret pour ne pas effrayer la faune qui a vécu dans le calme et le silence pendant le confinement ;
  • restons sur les sentiers balisés, pour limiter le piétinement de la flore et le dérangement de la faune ;
  • veillons à tenir notre chien en laisse pour éviter qu’il ne dérange des espèces sauvages (sans oublier de se renseigner sur la réglementation pour les animaux domestiques dans l’espace naturel visité) ;
  • laissons les lieux fréquentés dans l’état dans lequel nous avons envie de les trouver, sans déchets ni traces de notre passage ;
  • sur le littoral plus spécifiquement, évitons de fréquenter les hauts de plage et les dunes, où de nombreux oiseaux nichent ;
  • à partir du 1er juin, renseignons-nous sur le risque incendie et les autorisations d’accès aux sites.

Continuons de nous émerveiller, tout en veillant à respecter et à préserver les espèces et les habitats !

Opération Littoral 2020 – Sauvez nos poussins !

Le Conservatoire du littoral, l’Office national des forêts, la Ligue pour la protection des oiseaux (LPO),  Rivages de France, l’Office français de la biodiversité et d’autres acteurs ont lancé l’opération Littoral 2020 – Sauvez nos poussins pour éviter la multiplication des œufs écrasés, des nichées piétinées, des poussins séparés de leurs parents… après deux mois sans fréquentation humaine sur le littoral. Tous les organismes en charge de la protection de la nature sont appelés à identifier et isoler les nids par un balisage permettant de les protéger. Un protocole a été mis en place pour les repérer, centraliser les signalements, définir des zones sensibles et les indiquer sur le terrain, poser des panneaux ou encore éviter autant que possible des nettoyages mécaniques pendant la période de nidification. Ces organismes appellent aussi à la plus grande vigilance des promeneurs et autres usagers du littoral. Consulter la plaquette d’information.