Le

Dans la Somme, le choix des espaces naturels pour prévenir les inondations

Littoral de la baie de Somme - Crédit : Laurent Mignaux / Terra

Littoral de la baie de Somme

Crédit : Laurent Mignaux / Terra

Dans la vallée et sur le littoral de la Somme, les collectivités ont fait le choix de mettre en cohérence la prévention des inondations et la gestion des milieux aquatiques. Une stratégie gagnante.

Lors des inondations de 2001 (crues par remontées de nappe) dans le bassin versant de la Somme, 173 communes et 3 400 habitations sont touchées, pour un total estimé à 200 millions d’euros de dommages. Dans le prolongement, un rapport sénatorial étudie en 2001 les moyens de prévenir ces risques. Sa conclusion ? Le bassin versant est un territoire plat, sur lequel l’eau peine parfois à s’écouler. Il est donc nécessaire de recréer les conditions d’écoulement de l’hydrosystème pour limiter les conséquences des crues.

Comment les espaces naturels nous protégent ?

Qu’il s’agisse des espaces côtiers, maritimes ou continentaux, les écosystèmes jouent un rôle essentiel dans la protection des personnes et des biens installés le long des cours d’eau ou des côtes. À l’intérieur des terres, les marais, prairies et forêts humides contribuent à l’atténuation des crues et au ralentissement des eaux de ruissellement. Ces espaces assurent également une fonction de rétention et d’épuration des eaux. Sur les zones littorales et en mer, les falaises, les dunes et les écosystèmes sous-marins constituent des barrières naturelles face aux tempêtes et aux submersions marines. Ils protègent de l’érosion et participent à la résilience du littoral. Partout les espaces naturels constituent des zones tampons, réduisant la force des éléments.

Après un premier programme de reconstruction pour parer au plus urgent (réfection d’ouvrages, confortement des berges…), le plan Somme est lancé en 2007. Celui-ci s’articule autour de deux axes complémentaires : la prévention des risques d’inondation et la gestion des milieux aquatiques. Au travers du programme d’action de prévention des inondations (PAPI ; cf. encadré ci-dessous), une réflexion globale a été menée couvrant l’ensemble du périmètre de la vallée et du littoral de la Somme. 70 000 habitants sont directement concernés par cette stratégie.

Découvrez d’autres retours d’expériences dans la brochure Espaces naturels, espaces protecteurs. Le rôle des écosystèmes dans la prévention des risques naturels

Le PAPI a été intégré dans une approche globale de la gestion des eaux, le plan Somme. Celui-ci traite à la fois le risque, l’entretien des cours d’eau et la continuité écologique. Mettre ainsi en cohérence la prévention des risques et l’aspect environnemental n’a pas toujours été évident. Les gens sont tentés d’agir dans l’urgence, en bousculant les espaces naturels ! C’est pourquoi il est important d’expliquer et d’apporter une vision d’ensemble.

Bernard Lenglet, président de l’EPTB Somme-Ameva

Qu’est-ce qu’un PAPI ?

Créés en 2002, les programmes d’actions de prévention des inondations (PAPI) ont vocation à réduire les conséquences dommageables des inondations sur la santé humaine, les biens, les activités économiques et l’environnement. Menés par les collectivités avec l’appui de l’État, les PAPI favorisent une approche globale du risque. Ils constituent des outils adaptés pour la mise en œuvre d’une politique pensée à l’échelle du bassin de risque, intégratrice des espaces naturels.