Le

Écologie : les élèves s’engagent au-delà des salles de classe

Atelier dans une aire marine éducative aux Marquises

Atelier dans une aire marine éducative aux Marquises

Crédit : Sophie-Dorothée Duron / AFB

Depuis quelques années, les initiatives de l’Éducation nationale pour sensibiliser les élèves de tous âges à l’écologie et au développement durable fleurissent. Dernière en date : la création d’écodélégués, une mesure en vigueur depuis la rentrée 2019 et qui vient s’ajouter aux multiples actions déjà disponibles de la maternelle jusqu’au lycée. État des lieux.


Ils sont désormais 250 000 écodélégués collégiens ou lycéens français à avoir été désignés par leurs camarades lors cette rentrée 2019. Tout comme les délégués de classe traditionnels, ils sont élus pour l’année avec un objectif bien précis : se faire les ambassadeurs de la transition écologique et du développement durable au sein de leur établissement. Leurs missions ? Sensibiliser professeurs et copains de classe par des actions simples et concrètes visant à limiter la consommation d’énergie, à protéger la biodiversité, à éviter le gaspillage alimentaire, à réduire et mieux trier les déchets et enfin à accompagner leur établissement dans la lutte contre le changement climatique. Pour ce faire, les écodélégués participeront au pilotage de projets écoresponsables, informeront leurs camarades des avancées et les pousseront à s’engager à leur tour. Du côté de l’élève, être écodélégué c’est aussi une expérience à valoriser dans le livret scolaire.

Des programmes pour scientifiques en herbe

Pas besoin d’attendre le collège pour sensibiliser les jeunes à la nature et aux sciences, c’est en réalité possible dès la maternelle avec Vigie-Nature école ! Adaptation dédiée au monde scolaire du programme de sciences participatives Vigie-Nature du Muséum national d’histoire naturelle, ce programme met à disposition des écoles et des professeurs qui le souhaitent des protocoles scientifiques simples à réaliser et adaptés à l’âge des élèves. Basées sur le suivi d’espèces végétales et animales (oiseaux, insectes pollinisateurs, chauves-souris, vers de terre, plantes sauvages sur les trottoirs, algues et coquillages sur le littoral, etc.), ces activités ludiques en plein air fournissent également des données aux chercheurs travaillant sur la biodiversité.

L’école sur le terrain, entre terre et mer

Pour passer de la théorie à la pratique tout en s’aérant la tête, il est aussi possible d’emmener les élèves sur le terrain pour leur faire découvrir le patrimoine naturel qui les entoure et comment le préserver. C’est l’esprit du projet des aires éducatives. D’abord créées pour les espaces marins, les aires éducatives sont aussi devenues terrestres. Dans un cas comme dans l’autre, ces zones marines et terrestres de petite taille (plage, mare, parc urbain, forêt, etc.) deviennent les supports de projets pédagogiques participatifs pour les élèves de CM1, CM2 ou 6e et leur enseignant, en lien avec les acteurs du territoire (scientifiques, professionnels, associations, collectivités locales...). Une occasion pour les élèves d'échanger avec ces acteurs et de proposer la mise en place d’actions de préservation au plus près des besoins locaux.