Le

La pollution sonore sous-marine, qu'est-ce que c'est ?

Baleine à bosse - crédit : Yannick Stephan / Mayotte découverte

Baleine à bosse (Megaptera novaeangliae) à Mayotte

Crédit : Yannick Stephan / Mayotte découverte

L’introduction de sources sonores d’origine anthropique, c'est à dire relative à l'activité de l'homme, dans le milieu marin constitue une problématique de plus en plus préoccupante ces dernières décennies.

Durant les dernières décennies, le développement des usages maritimes (trafic commercial, énergies marines, constructions offshore, usages récréatifs...) a conduit à augmenter le niveau de bruit ambiant sous-marin d’origine anthropique.

Le son est une composante importante des habitats marins. En effet, le milieu marin est très propice à la propagation des ondes sonores, et de nombreuses espèces ont évolué en tirant profit de cette propriété. Les mammifères marins, notamment, ont une ouïe particulièrement développée. Ils utilisent le son pour interagir, se déplacer et s’orienter ou détecter leurs proies et prédateurs. Certains cétacés ont développé un sonar biologique très performant qui leur permet de s’orienter dans un espace en trois dimensions et de localiser leurs proies. Pour ces animaux, une modification de l’environnement sonore peut donc avoir un impact conséquent.

Impacts du bruit sur les animaux marins

Les réactions des animaux marins face aux émissions sonores sont de différents types et dépendent de l’espèce concernée, de l’intensité du bruit et de la durée d’émission. On retrouve notamment les impacts suivants, avec une graduation croissante de la gravité :

  • Réactions physiologiques : retard de croissance, stress,augmentation du rythme respiratoire.
  • Masquage acoustique : la communication entre individus est masquée, rendant la localisation entre congénères ou des proies plus difficile.
  • Réactions comportementales : fuite ou interruption de l’activité en cours, changement des trajets migratoires.
  • Dommages physiologiques temporaires : baisse du niveau d’audition ou diminution de la sensibilité auditive.
  • Dommages physiologiques permanents : lésions des organes entraînant généralement la mort de l’animal (organes auditifs, poumons, vessie natatoire…).

Quelques pistes d'amélioration

  • Réduire la vitesse des navires
  • Réduire le bruit des hélices
  • Réduire le bruit des machines
  • Travailler sur le design et l'entretien des coques

Que dit la législation ?

S’il n’existe pas à l’heure actuelle de réglementation encadrant les émissions sonores en mer à l’échelle mondiale, plusieurs conventions internationales, dont la France est signataire, intègrent désormais le risque d’impact sur la faune marine lié à l’introduction de bruit dans le milieu marin.