Le

Le recyclage géo-inspiré, lauréat du concours i-Lab 2019

Camille Crouzet, président de HyMag'in

Crédit : concours i-Lab

Le 4 juillet dernier, la 21e édition du concours d’innovation i-Lab a distingué 75 lauréats dont 10 Grands Prix. Parmi eux, Camille Crouzet a tiré son épingle du jeu grâce à un procédé qui valorise les déchets de la sidérurgie tout en dépolluant les sols et les eaux. Zoom sur le projet HyMag’in, nouvel élément de réponse aux préoccupations environnementales actuelles.

Donner de la valeur à des déchets qui n’en ont pas. Voilà la ligne directrice du projet HyMag’in, l’un des dix Grands Prix de l’édition 2019 du concours i-Lab. Porté par Camille Crouzet depuis son doctorat à l’Institut des sciences de la terre de Grenoble, le projet a de quoi étonner. À l’interface entre l’ingénierie et les sciences des matériaux, la start-up HyMag’in cherche à valoriser les déchets de la sidérurgie (sables et poussières) en fabriquant, entre autres, un matériau à forte valeur ajoutée : la magnétite. En effet, cet oxyde de fer est connu pour ses propriétés dépolluantes face aux métaux lourds (chrome, plomb, arsenic) et aux composants organiques (pesticides, résidus médicamenteux) présents dans nos eaux et nos sols. Pour ce faire, HyMag’in s’inspire des réactions géochimiques observées dans la nature et les applique aux déchets industriels : c’est la géo-inspiration.

Revaloriser les déchets tout en préservant la biodiversité

Aujourd’hui, la production annuelle des déchets ferreux atteint plusieurs centaines de millions de tonnes par an. L’objectif du projet à long terme est clair : créer une filière de traitement des particules fines ferreuses non recyclées. Une économie circulaire qui va non seulement révolutionner le secteur de la sidérurgie en revalorisant ses déchets mais qui, en amenant un matériau capable de dépolluer les eaux et les sols, constitue aussi une aubaine pour la biodiversité. En effet, les métaux lourds présents dans l'eau tendent à se concentrer dans les organismes vivants tout au long de la chaîne alimentaire jusqu’à atteindre des taux toxiques. Quant à la pollution des sols, elle figure parmi les causes d'érosion de biodiversité, les organismes du sol n'ayant généralement pas le temps de se déplacer ou de s'adapter à un environnement pollué.

i-Lab, accélérateur de croissance pour l’innovation

Au total, 468 participants ont fait vivre cette dernière édition du concours i-Lab. Créée il y a 21 ans par le ministère de l'Enseignement supérieur, de la Recherche et de l'Innovation, cette compétition permet de faire émerger des projets innovants répondant à de grands enjeux sociétaux. Un jeu qui en vaut la chandelle puisque chaque lauréat reçoit une subvention pouvant aller jusqu’à 600 000 euros, accompagnée d’un précieux label pour la recherche de financements.