Le

Les arbres trognes (re)font bonne figure

Haies et alignements de frênes têtards dans le marais Poitevin - Crédit : Thierry Degen / Terra

Haies et alignements de frênes têtards dans le marais Poitevin

Crédit : Thierry Degen / Terra

Un tronc massif, de nombreuses cavités et une allure de visage grimaçant, tel est le portrait caractéristique des arbres trognes, aussi appelés arbres têtards. Longtemps délaissé, ce patrimoine naturel et culturel semble revenir en force, pour le plus grand bonheur de la biodiversité.

Sur le bord des routes, au milieu des champs ou au cœur des forêts, les arbres trognes regagnent peu à peu du terrain dans nos campagnes. Exploités depuis plusieurs siècles par les paysans comme source d’énergie thermique (bois de chauffage, charbon de bois), ces arbres sont pourtant tombés dans l’oubli pendant plusieurs décennies, notamment avec le développement de l’agriculture intensive et la disparition des haies bocagères. Et avec eux, c’est un véritable savoir-faire qui s’est peu à peu perdu ! Car peu importe l’essence, c’est bien la coupe régulière durant les mois d’hiver, la trogne, qui fait l'unicité de ces arbres. En « trognant », les bourgeons dormants sous l’écorce redéveloppent constamment des pousses sous l’effet de la coupe, et l’arbre renouvelle ses branches. Un phénomène qui explique la place majeure qu’occupent les trognes dans les livres d’arbres remarquables.

Aujourd’hui, grâce au développement de la permaculture et de l’agroforesterie, ces arbres suscitent un regain d’intérêt de la part des agriculteurs. Car en plus d’être un modèle d’énergie renouvelable, les trognes multiplient les fonctions agricoles : paillage pour les cultures, litière pour les animaux, fertilisant des sols ou encore palissage des vignes. Mais les atouts de ces arbres ne s’arrêtent pas là. Ils constituent de véritables niches écologiques pour de nombreuses espèces et peuvent jouer un rôle clé de corridor biologique dans les haies bocagères, offrant aux espèces des conditions favorables à leurs déplacements et à l’accomplissement de leur cycle de vie. Les cavités créées par la coupe des trognes représentent, en effet, des micro-habitats tant pour la flore (mousses, lichens, flores...) que la faune (oiseaux, mammifères, amphibiens, reptiles, insectes...).