Le

Les armées mobilisées pour la conservation du gypaète barbu

Gypaète barbu (Gypaetus barbatus) dans l'Ariège

Gypaète barbu (Gypaetus barbatus) dans l'Ariège

Crédit : Stéphane Di Mauro / OFB

Le ministère des Armées, en coopération avec la Ligue pour la protection des oiseaux (LPO) et le ministère de la Transition écologique, est engagé pour préserver le gypaète barbu, rapace emblématique des milieux montagnards et particulièrement menacé. Initiée en 2009, cette collaboration originale et réussie a été renouvelée en 2020 pour une durée de 5 ans.

D’une envergure de 3 mètres, le gypaète barbu (Gypaetus barbatus) est l’une des quatre espèces de vautours présentes en France. Cet oiseau protégé se rencontre dans les Pyrénées, les Alpes et en Corse. Mais de quelle manière le ministère des Armées peut-il contribuer à sa conservation ? Cette espèce est particulièrement sensible au dérangement pendant la période de reproduction : il nidifie dans les cavités des falaises montagneuses et le bruit lié au survol d'aéronefs (avions, hélicoptères…) peut provoquer l'abandon des nids, mettant en danger la vie des œufs et des oisillons.

C’est la raison pour laquelle le ministère des Armées s’est engagé pour la conservation de cette espèce menacée, à travers la signature d’un nouveau protocole d’accord avec la Ligue pour la protection des oiseaux et le ministère de la Transition écologique. Cet engagement, qui a débuté en 2009 avant d’être renouvelé en 2015 et en 2020, concerne l’ensemble des corps d’armées. La LPO fournit aux pilotes les localisations des nids pour qu'ils les intègrent dans leur plan de vol et ne les survolent pas à moins de 1000 m pendant la période cruciale de reproduction.

Cette coopération porte ses fruits. Par exemple, en 2019, 18 couples territoriaux ont été identifiés dans les Alpes françaises, 43 dans les Pyrénées françaises et 5 en Corse. En 2020, 14 jeunes se sont envolés dans les Alpes françaises et 10 dans les Pyrénées françaises, avec un très bon taux de survie des poussins. C'est la première fois qu'autant de jeunes quittent le nid.

[vidéo] Le ministère des Armées s'engage pour la conservation du gypaète barbu