Le

Réintroduire les légumes anciens dans nos jardins, c’est possible !

Variétés de courges

Crédit : Damien Valente / Terra

Nos fruits et légumes se ressemblent et les saveurs anciennes tombent trop souvent dans l’oubli. En cause ? La standardisation des semences dans nos champs… et dans nos assiettes ! Une situation qui s'inverse peu à peu grâce aux multiples initiatives permettant aux jardiniers amateurs de redécouvrir un patrimoine végétal (et culinaire) injustement délaissé.

Aubergines rondes de Valence, potiron petit bonnet turc, melon petit gris de Rennes… Ça ne vous dit rien ? C'est normal, ces variétés de fruits et légumes ont déserté les étals de nos marchés depuis déjà longtemps. D'ailleurs, « 75 % des variétés comestibles cultivées au début du XXe siècle ont disparu » selon la FAO, l’Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture. Un constat frappant qui résulte de la standardisation des graines et des productions agricoles, favorisée par les industries agroalimentaires et un cadre réglementaire contraignant. Conséquence : nos jardins constituent le dernier rempart pour éviter la disparition totale de nombreuses espèces végétales pourtant comestibles.

Les initiatives fleurissent

Réintroduire les variétés anciennes de fruits et légumes dans nos régions et redécouvrir les savoirs traditionnels résonne donc comme un véritable enjeu pour la préservation de la biodiversité. C’est aussi l’une des missions principales de l’organisation Mille variétés anciennes. Son espace pédagogique dédié à la conservation des semences anciennes recense d'ailleurs une collection de près de 1 000 variétés. Autre initiative : Graines de troc, pour qui la diversité dans nos champs et nos assiettes passe par internet. En effet, l’association met à disposition une plateforme d’échanges de semences (fleurs, herbes aromatiques, légumes) pour tous les jardiniers amateurs. Au-delà de ce système de troc de graines, le forum favorise aussi l’échange des savoir-faire, des astuces et des recettes entre utilisateurs. Au total, c’est près de 26 600 troqueurs de 82 pays différents qui se seraient déjà échangé plus de 8 900 variétés de graines...