Le

Un concours photo sur le thème de la pollution lumineuse

Éclairage nocturne et biodiversité

Crédit : Olivier Brosseau

Jusqu’au 30 novembre 2020, le Cerema organise un concours photo sur le thème de la pollution lumineuse afin de sensibiliser aux conséquences des éclairages artificiels sur la biodiversité et d'identifier les moyens d'actions pour en limiter les effets négatifs.

Connaissez-vous la pollution lumineuse ? Cette expression désigne les impacts que l’éclairage artificiel a sur les organismes vivants et sur le ciel nocturne.

Le Cerema organise un concours photo sur la thématique de la pollution lumineuse, en partenariat avec l'unité mixte de service PatriNat (Office français de la biodiversité, Muséum national d’histoire naturelle, CNRS). Cet événement est parrainé par Vincent Munier, photographe naturaliste, et par Guillaume Cannat, auteur scientifique du blog Autour du ciel et photographe spécialiste des images de ciel nocturne et d’astronomie. 

Le Cerema

Le Cerema (Centre d’études et d’expertise sur les risques, l’environnement, la mobilité et l’aménagement) est un établissement public tourné vers l’appui aux politiques publiques, placé sous la double tutelle du ministère de la Transition écologique et du ministère de la Cohésion des territoires et des relations avec les collectivités territoriales.

Ce concours à quatre objectifs :

  • sensibiliser aux grands enjeux relatifs à la pollution lumineuse ;
  • identifier les actions que chacun peut mener pour contribuer à réduire ses effets négatifs ;
  • concevoir une exposition de photographies, qui aura vocation à circuler auprès des organismes et acteurs souhaitant valoriser cette problématique ;
  • constituer, sous réserve de l’autorisation des auteurs, une banque d’images, qui pourront être utilisées sur des supports de communication institutionnels édité par l'organisateur (Cerema) et son partenaire (UMS PatriNat).

Trois thèmes sont proposés : biodiversité nocturne, paysages nocturnes en lumière nocturne et paysages nocturnes en lumière artificielle. Pour les trois catégories, l’environnement de prise de vue est libre : il peut être naturel ou urbain, terrestre ou maritime, etc.

Le dépôt des photographies devra être fait avant le 30 novembre 2020 à 23h59 (heure de Paris). Les participants seront avertis des résultats courant décembre et conviés à la remise des prix et au vernissage de l’exposition, qui est prévu pendant le Congrès mondial de la nature de l’UICN à Marseille (si les conditions et mesures sanitaires le permettent et sous réserve du maintien de cet événement international).