Les écosystèmes forestiers

les écosystèmes forectiers - Crédit : Arnaud Bouissou / Terra

Crédit : Arnaud Bouissou / Terra

La forêt française métropolitaine s'étend sur près de 16,4 millions d'hectares, soit près d'un tiers du territoire hexagonal. C'est deux fois plus qu'il y a 200 ans. C’est la quatrième plus grande, en surface, en Europe derrière la Suède, la Finlande et l’Espagne.

La forêt française est aux trois quarts privée et 13% de sa surface sont issus de plantations. Elle se concentre principalement dans la moitié sud et la partie est de la métropole, en majorité dans les plaines et collines, où les feuillus dominent largement. La France compte aussi plus de 9 millions d’hectares de forêts ultramarines essentiellement tropicales, diversifiées et riches en biodiversité.

16,4

millions d'hectares de forêt

en métropole

9

millions d'hectares

en outre-mer

Quels sont les services rendus par les écosystèmes forestiers ?

Au niveau économique

La valeur commerciale de la récolte totale du bois des forêts est estimée à près de 3 milliards d’euros. La forêt produit aussi une multitude d'autres biens qui représentent plusieurs millions d'euros de chiffre d'affaires annuel : gibier, champignons, châtaignes, miel, plantes aromatiques, fourrage, liège…

En matière de régulation et de protection contre les aléas

- Par la photosynthèse, les forêts séquestrent le carbone et jouent à ce titre un rôle écologique majeur dans la lutte contre le réchauffement climatique.

- Elles influent de manière positive sur les conditions environnementales locales : évapotranspiration, albédo, feuillage filtrant, obstacle physique aux mouvements d’air horizontaux, etc.

- Elles contribuent à la disponibilité globale en eau, à la régulation des débits de crue et à l’atténuation de la pollution des eaux souterraines et superficielles (nitrates, phosphates, pesticides).

- Certaines forêts ont un rôle protecteur contre les aléas naturels (avalanches, glissements de terrain, chutes de blocs, crues et inondations) en particulier en zone de montagne.

100 millions de tonnes de CO2eq

de puit carbone par an

dans l'ensemble la filière forêt-bois

30 millions de de tonnes de CO2eq

évités annuellement grâce aux forêts

En matière de loisirs et de culture

Les forêts offrent un espace de récréation le plus souvent gratuit et de grande valeur pour de nombreux Français qui y pratiquent des activités variées. Au-delà de ces valeurs utilitaires, elles constituent un patrimoine biologique, culturel et identitaire à transmettre aux générations futures.

Quel est l’état écologique des écosystèmes forestiers ?

Malgré l’absence de suivi pour de nombreuses espèces, les éléments disponibles témoignent d’états contrastés de la biodiversité forestière en métropole. D’un côté, la richesse locale en espèces d’arbres est en augmentation et on constate le maintien ou l’amélioration récente de plusieurs caractéristiques reconnues comme importantes pour la biodiversité. Dans l’ensemble, l’évaluation des habitats et espèces d’intérêt communautaire montre aussi un niveau de préservation généralement plus élevé que dans les autres milieux.

Des points d’alerte subsistent :

  • plus de la moitié des plantes forestières, 17 % des oiseaux forestiers et 7 % des mammifères forestiers sont considérés comme menacés.
  • certains habitats forestiers (forêts alluviales, tourbières…) sont en mauvais état de conservation.
  • les forêts métropolitaines ont souffert des tempêtes et sécheresses des deux dernières décennies : la mortalité et le déficit foliaire des arbres augmentent, particulièrement dans le sud-est méditerranéen.
  • l'augmentation de la population de grands ongulés fragilise parfois le renouvellement de certaines forêts.
  • le changement climatique affecte déjà les forêts françaises, avec une recomposition des paysages à attendre : une hausse moyenne mondiale de 2°C depuis l’ère préindustrielle pourrait ainsi étendre le domaine méditerranéen jusqu’à la Loire.

Ces données sont issues d'une évaluation réalisée dans le cadre du programme EFESE par une équipe du Groupement d'intérêt public sur l'étude du fonctionnement et de la dynamique des écosystèmes forestiers et la gestion durable des forêts (Gip Ecofor) avec l’appui d’un groupe de travail.